Milan, la capitale italienne des affaires et de la mode, a décidé d'interdire de fumer aux arrêts de bus et dans d'autres lieux publics, à partir de l'année prochaine.À partir du 1er janvier, il sera interdit de fumer dans certains lieux publics à moins de pouvoir se tenir à au moins dix mètres des autres personnes, ont indiqué les autorités de la Ville de Milan. Cette interdiction sera, par ailleurs, totale dès le 1er janvier 2025 et sans aucune exception. Cela signifie qu'il ne sera plus possible de fumer dans les stades de sport en plein air, cimetières et parcs, ainsi qu'aux arrêts de bus, est-il précisé dans la communication de la Ville de Milan. Cette mesure fait partie du projet de loi sur la qualité de l'air qui vise à réduire les niveaux d'émission chroniquement élevés de poussières fines en Italie. La Cour de justice de l'Union européenne a estimé mardi que l'Italie avait "enfreint le droit de l'Union sur la qualité de l'air ambiant" en dépassant de "manière systématique et persistante" les valeurs limites fixées pour les particules fines. La Ville de Milan a par ailleurs déclaré qu'elle renforcerait progressivement les restrictions de circulation des véhicules plus anciens, obligerait les stations-service à installer des points de recharge pour voitures électriques, et interdirait le chauffage domestique au diesel. Parmi les autres mesures, on peut citer la limitation des fours à bois dans les pizzerias, l'interdiction des barbecues et des feux d'artifice du 1er octobre au 31 mars, et l'obligation pour les magasins de garder leurs portes d'entrée fermées. (Belga)