Le président russe Vladimir Poutine prévoit de créer une commission d'enquête sur l'empoisonnement d'Alexei Navalny, a déclaré jeudi le Premier ministre italien Giuseppe Conte. Ces affirmations ont cependant été démenties par le Kremlin. "Il est nécessaire de faire la lumière sur ce qui s'est passé et demander des comptes aux responsables d'une attaque aussi grave contre un membre de l'opposition russe", a confié M. Conte au quotidien Il Foglio. "Je l'ai dit lors d'une récente conversation avec le président Poutine". Ce dernier "m'a assuré que la Russie avait l'intention de clarifier la question, qu'il mettrait en place une commission d'enquête et qu'il était prêt à coopérer avec les autorités allemandes", a ajouté M. Conte. Le porte-parole de Poutine, Dmitri Peskov, a démenti l'information. "Je n'exclus pas qu'il y ait eu un malentendu", a-t-il avancé, cité par l'agence TASS. Conte a appris qu'une "enquête était en cours depuis un certain temps, mais aucune affaire pénale n'a été ouverte car les autorités russes n'ont trouvé aucune preuve tangible d'un crime, a déclaré M. Peskov. "Les tests menés par des experts russes n'ont détecté aucune substance toxique", selon lui. Néanmoins, les autorités russes sont déterminées à "découvrir la cause de l'incident", a-t-il ajouté. (Belga)