Une commission du Sénat italien s'est prononcée mardi contre la tenue d'un procès à l'encontre du ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, accusé de séquestration de personnes pour avoir interdit en août le débarquement de 177 migrants. La commission pour les immunités a rejeté par 16 voix contre 6 la demande du tribunal de Catane, en Sicile, de pouvoir ouvrir un procès contre M. Salvini, sénateur et chef de la Ligue (extrême droite). La décision définitive revient cependant au Sénat dans son ensemble, qui devra voter d'ici un mois concernant cette affaire. Le tribunal des ministres (autorité compétente pour les membres du gouvernement) de Catane avait engagé une procédure pour "séquestration de personnes" à l'encontre de M. Salvini, accusé d'avoir interdit pendant plusieurs jours le débarquement de 177 migrants secourus en août par le Diciotti, un navire des garde-côtes italiens. Les migrants avaient finalement été répartis dans plusieurs pays de l'UE. La décision finale du Sénat devrait également être favorable à M. Salvini, la Ligue et son partenaire au gouvernement, le Mouvement 5 Etoiles (M5S), disposant de la majorité à la chambre haute du parlement. Cette affaire avait provoqué des remous au sein du M5S, dont l'un des principes de base est d'autoriser les procès contre les hommes politiques. Le mouvement avait cependant organisé lundi un vote en ligne pour permettre à ses adhérents de se prononcer et la majorité d'entre eux (près de 60%), se sont prononcés contre un procès de M. Salvini. (Belga)