La fermeture des frontières européennes aux Américains cet été en raison de la pandémie se traduirait par une perte de 1,8 milliard d'euros pour l'économie italienne, a estimé dimanche le principal syndicat agricole, la Coldiretti. "Les voyageurs en provenance des États-Unis sont les touristes non européens qui apprécient le plus l'Italie, avec 12,4 millions de nuitées l'été", selon les données de la Banque d'Italie (Bankitalia) du 3e trimestre 2019, citées par Coldiretti. Leur absence cet été se traduirait par "une perte de 1,8 milliard d'euros pour le tourisme Made in Italy", souligne la Coldiretti dans un communiqué. À cette perte s'ajouterait celle des voyageurs en provenance de Russie, "qui n'ont cessé de croître ces dernières années, alors que des signaux faibles continuent d'arriver d'Allemagne et d'Europe du Nord malgré la réouverture des frontières (intra-européennes) depuis quinze jours", précise le syndicat. Les Européens doivent s'accorder sur une liste de pays dont le niveau de contamination au Covid-19 permettrait de considérer comme "sûrs", ce qui autoriserait leurs résidents à venir dans l'UE à partir du 1er juillet. Cette liste, qui sera révisée toutes les deux semaines, exclut pour le moment les États-Unis et inclut la Chine sous condition. Selon la Coldiretti, l'absence de touristes étrangers n'est pas compensée par le tourisme intérieur, seulement 34 millions d'Italiens ayant décidé de partir en vacances pour au moins quelques jours cet été, un chiffre en baisse de 13% par rapport à l'an passé. Le syndicat souligne toutefois que l'Italie est de loin cette année la destination préférée des vacances pour 93% des Italiens, contre 86% l'an passé. (Belga)