Le Premier ministre japonais a annoncé lundi la prolongation dans tout le pays jusqu'au 31 mai de l'état d'urgence, le gouvernement jugeant prématuré de le lever face à la progression de l'épidémie de coronavirus. "Je vais prolonger jusqu'au 31 mai la période d'état d'urgence déclaré le 7 avril. Toutes les préfectures du pays sont concernées", a déclaré Shinzo Abe au sujet des mesures qui devaient à l'origine prendre fin mercredi. Le ministre chargé de la lutte contre l'épidémie, Yasutoshi Nishimura, avait estimé qu'il était trop tôt pour y mettre fin. "Le nombre de nouveaux cas a diminué mais malheureusement cette décrue n'a pas atteint les niveaux escomptés", avait-il déclaré. Le chef du gouvernement japonais a néanmoins laissé la porte ouverte à une levée de l'état d'urgence avant la fin du mois après une révision de la situation prévue aux alentours du 14 mai dans toutes les régions. L'état d'urgence est au Japon beaucoup moins contraignant que dans certains pays d'Europe et Etats des Etats-Unis. Il permet aux gouverneurs d'appeler les habitants de leur préfecture à rester chez eux et certains commerces à fermer. Les autorités n'ont pas le pouvoir d'imposer des restrictions à la liberté de circulation des citoyens et aucune sanction n'est prévue. Le Japon, dont la population est d'environ 126 millions, fait état depuis le début de l'épidémie de plus de 15.000 infections au total et de 510 décès. (Belga)