Le procès de l'explosion de la rue Léopold à Liège survenue dans la nuit du 26 au 27 janvier 2010 a repris mardi matin devant le tribunal correctionnel de Liège avec l'audition des prévenus. L'un d'eux, agent technique du Service de la sécurité et de la salubrité publiques (SSSP) de la Ville de Liège, a clamé avoir fait son travail correctement et qu'il était "convaincu" que son travail n'était pas lié à l'explosion qui a coûté la vie à 14 personnes et en a blessé 19 autres. Selon le rapport des experts, l'immeuble situé au numéro 18, où l'explosion a retenti en 2010, n'était "pas en ordre, vétuste et dangereux". Ils estiment que les installations de gaz n'étaient pas conformes, malgré les demandes répétées du SSSP. L'agent technique du SSSP qui a effectué ces visites en 2008 et 2009, sur le banc des prévenus, conteste les conclusions du collège d'experts. Il a expliqué s'être rendu deux fois en 2008 dans le bâtiment, où il a constaté plusieurs manquements. Un rapport technique, listant les éléments à mettre en conformité, a dès lors été envoyé au propriétaire, Mehmet C. En janvier et février 2009, l'agent technique a effectué trois visites dans l'immeuble. Lors de sa visite du 16 janvier 2009, il inscrit dans son rapport une menace de prise d'arrêté d'inhabilité car les travaux concernant l'installation électrique mettaient en danger la stabilité de l'immeuble. Lors de ses visites ultérieures en février 2009, tout avait été mis en conformité, a-t-il assuré. Il s'est dès lors dit "étonné", voire "agacé", par la conclusion du collège d'experts. "Cela m'étonne, on voit sur les photos que tout a été fait", a-t-il déclaré, soulignant qu'aucun reproche n'avait jamais été fait sur la qualité de son travail auparavant. "Je suis convaincu d'une chose, Madame", a-t-il déclaré s'adressant à la présidente du tribunal, "je suis convaincu que si j'avais fait mon travail convenablement, l'explosion aurait eu lieu aussi. Je suis convaincu que mon travail n'est pas lié à l'explosion et que j'ai fait mon travail correctement". Sa cheffe de service, également sur le banc des prévenus, a aussi estimé qu'aucune négligence n'avait été commise par son agent technique. Quatre prévenus, soit le propriétaire de l'immeuble du numéro 18, l'agent technique et la cheffe de service du SSSP ainsi que l'intercommunale d'incendie de Liège et environs (IILE), sont poursuivis pour 14 homicides involontaires, par défaut de prévoyance et de précaution, ainsi que pour coups et blessures involontaires, par défaut de prévoyance et de précaution, commis sur 19 personnes. (Belga)