L'ex-coureur cycliste américain Jonathan Vaughters, actuellement teammanager de Garmin-Sharp, avoue dans le New York Times qu'il s'est dopé tout au long de sa carrière, de 1994 à 2003.

Aujourd'hui engagé dans une croisade anti-dopage, Vaughters prétend avoir mis un terme à ses activités de coureur en raison d'un sentiment de culpabilité devenu insupportable. Il veut se laver de ce passé en avouant s'être dopé. Il aurait selon lui subi "la pression du rêve d'être un grand coureur", et n'a pu lutter contre "le désir d'obtenir deux pour-cents de performance supplémentaires. C'était tellement facile à l'époque", reconnaît-il aussi. "Mais ce que j'ai vu aux Jeux de Londres me fait penser que la génération d'aujourd'hui est beaucoup plus 'clean' que la nôtre. Tant mieux..."

Jonathan Vaughters regrette profondément d'avoir autrefois choisi la voie du mensonge. Mais il pense s'être racheté en montant une équipe "propre". Et en acceptant d'aider la justice dans son enquête sur Lance Armstrong, le septuple vainqueur du Tour de France de 1999 à 2005. Ex-coureur de l'US Postal, au côté de Lance Armstrong, Vaughters a longtemps eu un nuage de suspicions au dessus de sa tête. En juillet dernier, pendant le Tour de France, il faisait partie des cinq ex-équipiers qui avaient choisi de collaborer avec la justice et de charger Armstrong. Maintenant qu'il a avoué, Jonathan Vaughters souhaite concentrer tous ses efforts dans la lutte contre le dopage, pour que les jeunes n'y soient pas confrontés comme ce fut le cas pour lui dans le passé.

(VIM)