Inégalités croissantes, crise climatique, coronavirus... L'année 2020 aura vu se télescoper autant de thèmes rappelant combien la pauvreté revêt un caractère multidimensionnel, pointe samedi le Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale, à l'occasion de la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté, placée cette année sous le signe de la coopération pour faire rimer justice sociale et environnementale. En Belgique, une personne sur cinq éprouve encore d'importantes difficultés à se soigner, se loger, se nourrir, se déplacer, utiliser les services publics, participer à une activité de loisir ou profiter d'un coin de nature. "Et la crise du Covid-19 a rendu ces inégalités encore plus criantes", souligne l'organisme. "Les personnes en situation d'extrême pauvreté sont les premières à agir de manière décisive au sein de leur communauté pour tenter de sortir de la précarité, de faire face au changement climatique et aux défis environnementaux", soulignent les Nations unies. "Cependant, leurs efforts et leur expérience passent souvent inaperçus et ne sont pas appréciés à leur juste valeur. Leur capacité à contribuer positivement aux solutions est négligée. Ils ne sont pas reconnus comme des moteurs de changement." En ce 17 octobre, l'Onu appelle donc à un changement de perspective, tout comme le Service de lutte contre la pauvreté, qui souligne la nécessité d'une action concertée et structurelle. "Certaines mesures manquent encore trop souvent leur cible, comme par exemple les primes favorisant les économies d'énergie. Elles profitent à peine aux propriétaires à faibles revenus ou aux locataires, privés ou sociaux." Or, la précarité énergétique touche encore près de 400.000 ménages en Belgique. "Une utilisation mieux ciblée de ces primes serait un bel exemple de convergence entre lutte contre la pauvreté et protection de la planète et de ses habitants." Afin de sensibiliser décideurs comme citoyens à la problématique, souvent cachée mais latente, de la pauvreté, des ateliers, débats, expositions autour de l'énergie, de l'alimentation, du logement, de l'accès aux soins de santé mais aussi du numérique sont organisés dans tout le pays. À Beaumont, des commerces et établissements horeca arboreront un logo "eau gratuite" pour permettre à ceux qui en ont besoin de s'offrir "un extra". À Liège, la Cité Miroir plongera les visiteurs dans l'exposition "En Lutte", sur la mémoire des combats ouvriers et leur héritage solidaire actuel. En fin de journée, une marche aux lanternes rendra également visibles les invisibles à Bruxelles. Le programme complet des activités aux quatre coins de la Belgique est disponible sur le site du Service de lutte contre la pauvreté. La date de la Journée mondiale de lutte contre la pauvreté a été choisie en référence à l'inauguration le 17 octobre 1987 d'une dalle, sur le parvis des droits de l'Homme et des libertés à Paris, en l'honneur de toutes les victimes de la faim, de l'exclusion et de la violence. Cette journée internationale entend rappeler que la pauvreté est une violation des droits humains. (Belga)