Johanna Konta (WTA 16) a donc à son tour privé Kim Clijsters, mardi soir à Monterrey, d'une première victoire sur le circuit WTA dans la troisième carrière de la Limbourgeoise, plus de sept ans après son départ à la retraite. Victorieuse 6-3, 7-5, la Britannique, 28 ans, a par la même occasion remporté son premier match de 2020 après trois défaites au premier tour à Brisbane, l'Australian Open et à Saint-Pétersbourg. "Ce fut un match très difficile", a-t-elle commenté. "Elle frappe la balle incroyablement bien. Sa capacité à faire des choses raquette en mains est ce qui a fait d'elle une multiple lauréate en Grand Chelem (NdlR : 4 titres, dont 3 à l'US Open). Je pense que c'est ce qui explique qu'elle soit en mesure de revenir et de jouer, dès son deuxième match depuis son come-back, à un niveau pareil. Ce n'est pas monnaie courante", a poursuivi la native de Sydney, qui savait à quoi s'attendre, pour s'être entraînée avec la Limbourgeoise à son arrivée au Mexique. "Et je pense que cela ne changera pas, jusqu'à ce qu'elle soit très vieille", a-t-elle souri. Tête de série N.2 de ce tournoi WTA de Monterrey, doté de 271.750 dollars, Johanna Konta a donc fait honneur à son rang en battant Kim Clijsters. Et elle en était très fière. "Ce fut un grand honneur et je suis très heureuse de ma performance", a ajouté la demi-finaliste de Roland Garros en 2019. "En outre, il y avait une chouette ambiance. Je pense que tout le monde apprécie de jouer ici. Indépendamment des joueuses qui sont sur le terrain, le public est très enthousiaste et apprécie le spectacle. On ne peut rien demander de plus." Détail piquant, au deuxième tour, Johanna Konta rencontrera une autre maman, en la personne de l'Allemande Tatjana Maria (WTA 91), 32 ans, qui a une fille de 6 ans, Charlotte. Mais pas le même palmarès que Kim Clijsters. (Belga)