L'Association belge des Syndicats médicaux (ABSyM) a écrit à l'administrateur général de l'Inami, Jo De Cock, pour lui suggérer une série de propositions visant à permettre "une rémunération équitable" des médecins dans le cadre de la crise sanitaire, a-t-elle fait savoir mardi. L'ABSyM réclame un honoraire forfaitaire de 80 euros de l'heure pour les prélèvements en centre de tri. L'association estime également que les médecins qui effectue le prélèvement au sein de leur propre cabinet ou au domicile du patient devraient pouvoir bénéficier d'une indemnité supplémentaire de 15 à 20 euros. Elle souhaite aussi qu'une compensation pour le blocage des lits vides soit prévue pour les médecins. "En effet, le gouvernement fédéral a signalé aux hôpitaux qu'une compensation financière leur serait accordée s'ils prévoyaient le blocage de lits vides. L'ABSyM insiste pour que les honoraires du médecin soient inclus dans cette compensation." L'association veut en outre que le ticket modérateur soit remboursé lors d'une téléconsultation. "Actuellement, ce remboursement est prévu pour l'ensemble des professions de santé ayant accès à la téléconsultation, sauf pour les médecins", indique l'ABSyM. Elle "propose que le médecin puisse facturer en tiers-payant à la mutuelle, en ce compris le ticket modérateur". La liste ne s'arrête pas là, l'ABSyM veut aussi une "augmentation de 15% du prix de la consultation pour les généralistes et les spécialistes durant toute la période" de covid-19 ainsi qu'un supplément pour l'anesthésie, la chirurgie et l'imagerie médical pour couvrir les procédures de protection nécessaires à l'accueil d'un patient. L'ABSyM veut enfin une adaptation du code de l'honoraire de permanence médical intra-hospitalière et la création d'un honoraire de disponibilité spécifique pour les "médecins réquisitionnés par le gouverneur provincial". (Belga)