L'accueil ces mardi et mercredi au Portugal et en Finlande de 49 enfants arrivés non accompagnés (MENA) dans les camps grecs de migrants marque le début de la principale phase de ce programme de "relocalisation" organisé par l'Union européenne et l'ONU, a indiqué mercredi la Commission européenne. À ce jour, onze États membres (l'Allemagne, la Belgique, la Bulgarie, la Croatie, la Finlande, la France, l'Irlande, la Lituanie, le Luxembourg, le Portugal et la Slovénie) ainsi que la Norvège participent à ce programme. Les premières opérations de relocalisation avaient eu lieu en avril: elles ont permis à 12 enfants d'être transférés de la Grèce vers le Luxembourg et à 47 de l'être vers l'Allemagne. Le 17 juin, 8 enfants non accompagnés ont été relocalisés en Irlande, dans le cadre d'un accord bilatéral antérieur au programme. Enfin, 6 enfants non accompagnés qui n'avaient pas pu être relocalisés en Allemagne en avril car ils n'étaient pas aptes à voyager à l'époque ont été transférés vers ce pays le 26 juin dernier. Les prochains transferts auront lieu plus tard dans le mois et concerneront l'accueil de 18 enfants en Belgique, de 50 en France, de 106 (y compris des fratries et des parents) en Allemagne, de 4 en Slovénie et de 2 en Lituanie. Alors qu'à ses débuts, le programme visait la relocalisation d'au moins 1.600 enfants et jeunes, les États membres ont maintenant promis jusqu'à 2.000 places, selon l'exécutif européen. Le programme cible principalement les enfants non accompagnés, mais il inclura également des enfants souffrant de pathologies graves et les membres de leur famille proche. Parallèlement, des solutions durables doivent également être trouvées pour offrir protection et soins aux enfants non accompagnés qui resteront en Grèce, souligne la Commission, qui se dit prête à fournir un soutien renforcé. (Belga)