Jozef De Kesel a exprimé vendredi à Gand son admiration pour la restauration de l'Agneau mystique, retable des frères Van Eyck connu mondialement. "Maintenant que les repeints ont été effacés, l'œuvre est encore plus puissante", a loué le cardinal dans la cathédrale Saint-Bavon, qui renferme le chef-d'œuvre.Le programme de l'année Van Eyck, qui sera lancée en 2020 à Gand, a été dévoilé vendredi. L'Adoration de l'agneau mystique, qui a inspiré les armoiries personnelles de Jozef De Kesek, sera au cœur de cet événement. "Ce ne sont pas tant les yeux d'un agneau que le regard de celui qui me regarde de manière si pénétrante et me dit: je suis ici, comme un agneau, ecce homo", s'est ému l'archevêque de Malines-Bruxelles à la vue du polyptyque. Si les panneaux datent du Moyen-Age, ils portent un message universel et inclusif, a-t-il ajouté. "Une culture imprégnée de pensées bibliques et chrétiennes. Mais pas un christianisme retiré du monde dans une crispation identitaire." A partir de février 2020, le Musée des Beaux-Arts de Gand (MSK Gent) mettra le peintre Jan van Eyck à l'honneur lors de la plus grande rétrospective jamais consacrée au maître flamand. L'exposition rassemblera 10 œuvres de Van Eyck lui-même, soit la moitié de celles conservées de par le monde. Le musée abritera exceptionnellement les volets restaurés de l'Agneau mystique. Plus de 35.000 tickets ont déjà été vendus. (Belga)