L'ancien président colombien Alvaro Uribe a été libéré de l'assignation à résidence après deux mois de détention, ont rapporté samedi les médias locaux. Un juge a déterminé qu'Uribe, qui fait l'objet d'une enquête dans une affaire de falsification de témoins, n'avait pas été officiellement inculpé et a donc levé l'ordre de détention de la Cour suprême, selon le portail d'information Noticias Caracol. Alvaro Uribe, 68 ans, un des politiciens les plus influents et les plus controversés de Colombie, a été assigné à résidence par la Cour suprême le 5 août pour l'empêcher d'entraver les enquêtes. Il est soupçonné d'avoir soudoyé et exercé des pressions sur des témoins pour faire taire les allégations selon lesquelles il avait des liens avec des groupes paramilitaires, qui ont joué un rôle de premier plan et semé la terreur pendant le conflit armé qui a duré des décennies dans le pays. L'enquête a ensuite été transférée de la Cour suprême, qui traite des procédures pénales impliquant des législateurs, au bureau du procureur général, qui devait la traiter avec plus de clémence. (Belga)