Jean Bourtembourg, avocat de Muriel Targnion, a plaidé lundi devant le Conseil d'Etat dans la procédure via laquelle il conteste le processus mis en place par la nouvelle majorité politique verviétoise pour évincer l'ancienne bourgmestre et son premier échevin Alexandre Loffet. Il a réussi à convaincre le premier auditeur Jean-François Norray, communique-t-il le même jour. Si le Conseil d'Etat suit l'avis de son auditeur, "Muriel Targnion redevient bourgmestre" provisoirement, se réjouit l'avocat. Au coeur du dossier figure cette fameuse motion de méfiance mixte qui a notamment permis à Jean-François Istasse (PS) de s'emparer de l'écharpe maïorale tout en maintenant en fonction Hasan Aydin (PS) et Sophie Lambert (PS) alors que ces derniers ne pouvaient plus faire partie du collège communal selon une application stricte du Code de la démocratie locale et de la décentralisation. Pour y parvenir, un contournement avait été trouvé. Il consistait à destituer Hasan Aydin et Sophie Lambert après avoir éjecté Muriel Targnion de son poste de bourgmestre en avançant que ni l'un ni l'autre ne convenaient comme maïeur, puis de placer Jean-François Istasse aux commandes (7e score aux dernières élections). Hasan Aydin et Sophie Lambert avaient ensuite été réintégrés au sein du nouveau collège communal verviétois. C'est toute cette manière de procéder que l'avocat s'est attelé à attaquer au Conseil d'Etat, mettant en avant qu'il s'agissait là d'un contournement de la loi. En fin d'audience, l'auditeur a rendu un avis qui lui a été favorable et a conclu à la nécessité de suspendre la décision de démettre Muriel Targnion de son poste de bourgmestre, selon la RTBF. L'arrêt est attendu dans les prochains jours. Il est donc possible que l'on assiste bientôt à un nouveau renversement de situation à Verviers et que Muriel Targnion reprenne la place qui était sienne à l'Hôtel de Ville il y a encore quelques semaines. (Belga)