L'économie belge progressera de 3,6% en 2021 et de 3,5% en 2022, selon les projections - plus pessimistes que les précédentes - de l'organe de recherche de la banque Belfius qui insiste toutefois sur la grande incertitude liée à l'évolution de la pandémie, la fin du soutien des pouvoirs publics et au comportement des consommateurs et des producteurs.Le scénario se base sur des assouplissements progressifs à partir de l'été et une économie entièrement réouverte à partir d'octobre. Belfius pense en outre que le régime de chômage temporaire, qui court provisoirement jusque fin mars, sera à nouveau prolongé. La banque prévoit "une croissance légèrement négative au premier trimestre de 2021, parce que la confiance des consommateurs a de nouveau chuté en raison des nouvelles mesures liées au Covid-19. Le deuxième trimestre sera marqué par une croissance très limitée. Ce n'est que d'ici au second semestre que nous assisterons à une relance grâce aux assouplissements et au regain de confiance des consommateurs. Nous assisterons enfin à une accélération de la croissance au quatrième trimestre." En 2021, c'est la reprise de la consommation des ménages qui constituera le moteur de la relance, estime Belfius, tandis qu'une véritable augmentation des investissements des entreprises n'est attendue qu'en 2022. "L'économie belge ne retrouvera son niveau d'avant la crise qu'à la mi-2022." (Belga)