The Old Vic, l'un des plus prestigieux théâtres de Londres, est en péril, s'alarme mercredi le directeur artistique de l'institution dans les colonnes du quotidien britannique The Guardian. La situation financière du théâtre s'est fortement dégradée avec la crise sanitaire du coronavirus et les mesures de confinement prises pour l'enrayer. The Old Vic est en effet une organisation caritative qui repose entièrement sur la vente de billets, le parrainage et les dons. Si l'institution dispose de fonds de réserve, "il est question de quelques mois" avant que les caisses ne se retrouvent à sec, souligne le directeur artistique Matthew Warchus. Or, le théâtre ne dispose pas de "filet de sécurité" car, comme le Shakespeare's Globe, la Royal Academy et le Royal Albert Hall de Londres, ces salles prestigieuses ont "une présence culturelle importante mais ne bénéficient, curieusement, d'aucun financement de la part du gouvernement", déplore M. Warchus. Le ministre des Finances Rishi Sunak a annoncé mardi prolonger jusqu'en octobre le plan d'aide à l'emploi mais de nombreux théâtres britanniques ne devraient rouvrir qu'après cette date, note The Guardian. S'il y a bien eu quelques initiatives en ligne réussies, elles ne sont "qu'une rustine" et ne remplacent pas les performances en présence des spectateurs, ajoute Matthew Warchus. Les lieux culturels seront probablement dans les derniers à rouvrir après le confinement. Pourtant, le théâtre a un "pouvoir de guérison significatif" et peut jouer un rôle vital pour stimuler la santé mentale et permettre l'empathie, estime Matthew Warchus. "En temps de crise, le théâtre pourrait procurer un bien énorme et, cependant, cette crise particulière les oblige à rester fermés", conclut-il, soulignant le paradoxe. (Belga)