L'interdiction des corridas avec mise à mort aux Baléares jugée inconstitutionnelle

Publié le à MADRID (ESP)

L'interdiction de la mise à mort des taureaux lors des corridas dans l'archipel espagnol des Baléares a été jugée inconstitutionnelle, a annoncé vendredi la Cour constitutionnelle espagnole. Dans un arrêt daté du 2 décembre, la Cour censure plusieurs articles de cette loi de protection des animaux, adoptée en juillet 2017 par la coalition de gauche au pouvoir dans l'archipel. En vertu de ce texte, les toréros ne pouvaient utiliser que des capes, le capote et la muleta comme seuls accessoires pour toréer. Tout objet pouvant blesser ou tuer le taureau était interdit. Ils ne pouvaient en outre toréer au maximum que trois bêtes, contre six habituellement, pendant dix minutes chacune. Et l'usage des chevaux était également prohibé. Toutes ces dispositions ont été annulées, la Cour estimant qu'elles "constituent un obstacle à la célébration normale des corridas et la défigurent jusqu'à la rendre méconnaissable". Les corridas, objet depuis des années d'un débat passionné entre défenseurs des animaux et partisans de la tradition, ont été inscrites en 2013 par les conservateurs alors au pouvoir à la liste du "patrimoine culturel immatériel" de l'Espagne. L'État veille à ce titre à leur conservation. "La tauromachie ne peut pas être manipulée", a réagi sur Antena 3 Chapu Apaolaza, porte-parole de la Fundacion Toro de Lidia, principale organisation de défense de la corrida. "La décadence de la tauromachie est un fait qui ne pourra pas être freiné", a de son côté déclaré Aïda Gascon, porte-parole de l'association de défense des animaux AnimaNaturalis. Le nombre de corridas en Espagne a baissé ces dernières années, passant de 475 en 2012 à 387 en 2017 selon le ministère de la Culture, bien que leur nombre se soit stabilisé cette dernière année. La loi des Baléares visait à contourner une première décision de la Cour constitutionnelle, qui avait censuré fin 2016 l'interdiction pure et simple de la tauromachie par la Catalogne. Mais le gouvernement national, dirigé à l'époque par le conservateur Mariano Rajoy, avait contesté la constitutionnalité du texte. Les îles Canaries sont la seule région espagnole où l'interdiction des corridas est effective, depuis 1991. (Belga)
© 2019 Belga. Tous droits de reproduction et de représentation réservés. Toutes les informations reproduites dans cette rubrique (dépêches, photos, logos) sont protégées par des droits de propriété intellectuelle détenus par Belga. Par conséquent, aucune de ces informations ne peut être reproduite, modifiée, rediffusée, traduite, exploitée commercialement ou réutilisée de quelque manière que ce soit sans l'accord préalable écrit de Belga.