L'Irak organisera désormais la "Journée nationale de la tolérance et de la coexistence" chaque 6 mars, a annoncé samedi le Premier ministre Al-Kadhimi après une rencontre entre le pape François et le chef spirituel des chiites en Irak, l'ayatollah Ali Al-Sistani, sur le site de pèlerinage chiite de Najaf.Cette nouvelle fête rappellera également la visite du pape à Ur, lieu de naissance d'Abraham, qui joue un rôle central dans les religions juive, chrétienne et musulmane, où il a participé à une prière à avec des dignitaires chiites, sunnites, yazidis et sabéens. Le souverain pontife a également célébré la première messe publique sur le sol irakien à la cathédrale Saint-Joseph de Bagdad. Cette messe a clôturé le deuxième jour de sa visite de quatre jours en Irak. "L'hostilité, l'extrémisme et la violence ne naissent pas dans un cœur religieux: ils sont la trahison de la religion", a déclaré le pape. "Nous, les croyants, ne pouvons pas rester silencieux lorsque le terrorisme est abusé par la religion. Nous sommes appelés sans équivoque à dissiper tous les malentendus. Ne permettons pas que la lumière du ciel soit éclipsée par les nuages de la haine". L'Irak compte environ 450.000 chrétiens sur une population de 38 millions d'habitants. Dimanche, le pape se rendra au nord de Mossoul, un ancien bastion de l'Etat islamique, où les traces de la guerre sont encore évidentes. (Belga)