L'augmentation de l'offre de contenu payant freine l'appétit des Européens pour les produits contrefaits et le matériel piraté, ressort-il d'une nouvelle enquête sur le sujet de l'European Union Intellectual Property Office, réalisée par Deloitte auprès de quelque 25.000 citoyens de l'UE.Les Belges font par contre office de mauvais élèves du continent. Sept pourcent (-1 point de pourcentage par rapport à 2017) des répondants du plat pays avouent avoir acheté en toute connaissance de cause des contrefaçons au cours des 12 derniers mois, et 13% (- 3pp) admettent avoir eu accès à des contenus en ligne au moyen de sources illégales sur la même période. A l'échelle européenne, ces proportions sont respectivement de 5 et 8%. Sur les 12 derniers mois écoulés, 42% des Européens qui ont répondu ont payé pour l'accès, le téléchargement ou la diffusion en ligne de contenus protégés par le droit d'auteur provenant d'un service légal (+17 pp). En Belgique, ils n'étaient que 30% (+ 5pp) à répondre dans le même sens. (Belga)