Le patron de l'OMS en Europe a appelé vendredi les Européens à accélérer leur campagne de vaccination contre le Covid-19, tout en s'inquiétant de l'impact des variants sur l'efficacité des vaccins, dans un entretien à l'AFP."Des entreprises pharmaceutiques d'habitude concurrentes doivent unir leurs efforts pour augmenter drastiquement les capacités de production, c'est de ça dont nous avons besoin", réclame Hans Kluge, à Copenhague, alors que la campagne de vaccination dans l'Union européenne a connu des débuts difficiles, 2,5% de la population y ayant reçu une première dose. Le directeur de l'institut de veille épidémiologique allemand Robert Koch a aussi tiré la sonnette d'alarme. "Le virus n'est pas encore fatigué, au contraire, il vient de recevoir un nouveau coup de pouce" avec les variants britannique et sud-africain, a déploré Lothar Wieler, douchant les espoirs d'une levée rapide des restrictions face à un virus devenu "plus dangereux". Aux États-Unis, le laboratoire américain Johnson & Johnson a demandé d'autoriser en urgence son vaccin particulièrement attendu car il peut être stocké à des températures de réfrigérateur plutôt que de congélateur, et il ne s'administre qu'en une seule dose. Cependant ses résultats cliniques ont soulevé une inquiétude: le remède s'est montré plus efficace aux États-Unis (72%) qu'en Afrique du Sud (57%), où un variant est devenu largement majoritaire. Les experts y voient l'indication que de futurs variants pourraient finir par totalement contourner les défenses immunitaires développées par les vaccins actuels. "C'est la grande question. Je suis inquiet", a reconnu M. Kluge. Selon un bilan établi jeudi par l'AFP, la pandémie a fait au moins 2.285.334 morts dans le monde et plus de 104.848.470 cas d'infection ont été officiellement diagnostiqués. 493.000 contaminations ont été enregistrées quotidiennement cette semaine dans le monde, un chiffre en baisse pour la troisième semaine consécutive, atteignant son niveau le plus bas depuis fin octobre. (Belga)