"Nous quitterons l'Afghanistan au moment opportun. Nous procèderons à une évaluation de la situation sur le terrain et trancherons ensemble", a fait savoir le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, lundi. La décision sur la présence de ses troupes dans le pays sera prise lors de la réunion des ministres de la Défense des pays de l'Alliance mercredi et jeudi, a-t-il assuré.Le chef de l'Otan n'a pas souhaité se prononcer sur l'issue de la rencontre avec les ministres de la Défense. Il a toutefois souligné la nécessité de trouver un "bon équilibre" quant à la présence des troupes alliées en Afghanistan. "Nous ne souhaitons pas rester plus longtemps qu'il ne le faut, mais nous ne pouvons pas partir trop vite afin d'éviter que le pays devienne un sanctuaire pour les groupes terroristes et ainsi détruire toutes les avancées atteintes", d'après lui. "Nous sommes entrés ensemble (en Afghanistan) et partirons ensemble lorsque le moment sera opportun", a martelé M. Stoltenberg lors d'une conférence de presse. La mission Resolute Support (RSM) de l'Otan, chargée d'assurer la formation, le conseil et l'assistance au profit des forces de sécurité afghanes. L'accord USA-talibans conclu en février 2020 prévoit le retrait total des troupes étrangères d'Afghanistan d'ici le 1er mai 2021. Mais les violences causées par les talibans préoccupent les alliés. "Mon message aux talibans est qu'ils doivent honorer leurs engagements", a-t-il indiqué. L'accord stipule en effet que les talibans doivent cesser les violences et arrêter toute négociation avec des groupements terroristes internationaux. Enfin, le chef de l'Alliance a répété son appel à un accord négocié pacifiquement entre les différentes parties. (Belga)