La Commission européenne a octroyé mercredi des contrats portant chacun sur six satellites, d'une part à l'entreprise Thales Alenia Space et d'autre part à Airbus Defence & Space, une division du groupe aéronautique Airbus basée en Allemagne. Les 12 satellites, pour 1,47 milliard d'euros, seront la seconde génération d'outils du système européen de localisation par satellite Galileo.Le premier des ces douze nouveaux satellites sera mis en orbite d'ici la fin de l'année 2024, a précisé mercredi l'exécutif européen. "Avec leurs nouvelles compétences, reposant sur des technologies hautement innovantes (antennes configurables par digital, liens intersatellites, horloges atomiques à nouvelles technologies et système de propulsion full-électrique), ces satellites amélioreront la précision de Galileo ainsi que la robustesse et la résilience de son signal, ce qui sera la clé dans la décennie digitale qui s'annonce et pour davantage d'usage militaire et de sécurité", annonce la G "Industrie de la défense et espace" de la Commission. Galileo est le système de "GPS" européen. Il sert donc à la géolocalisation et à la navigation, en connexion avec toutes sortes d'outils (smartphones, objets connectés, véhicules, etc). Actuellement, le système repose sur 26 satellites en orbite. (Belga)