Les vidéoconférences que l'Union européenne a dû multiplier ces derniers mois pour cause de confinement constituent "un outil que nous devrions utiliser davantage à l'avenir" pour réduire les frais de déplacement et l'empreinte écologique, a convenu mercredi le commissaire européen au Budget et à l'Administration, Johannes Hahn. "Ces derniers mois nous ont montré que ces vidéoconférences étaient très utiles mais qu'elles avaient leurs limites. Elles sont utiles pour dresser un bilan, envisager ce qui a été fait et ce qui doit l'être. Mais lorsqu'il s'agit de travailler sur des solutions concrètes, rien ne peut remplacer une réunion en présentiel", a souligné l'Autrichien, à deux jours du premier Sommet européen en présentiel depuis l'éclatement de la pandémie sur le territoire européen. "C'est néanmoins une opportunité. Nous y aurons recours davantage à l'avenir pour contribuer à une moindre empreinte écologique et à moins de frais de déplacements, tout en visant les mêmes résultats", a-t-il ajouté, interrogé sur ce sujet à l'issue d'un vidéoconférence des ministres des Affaires européennes. (Belga)