L' Université libre de Bruxelles (ULB) a procédé mercredi en fin d'après-midi à une cérémonie de clôture de cette année académique hors du commun. À cette occasion, la rectrice de la Vrije Universiteit Brussel (VUB) Caroline Pauwels s'est vue remettre le titre de Docteure Honoris Causa. Face à un public restreint pour une question de sécurité sanitaire et à quelque 200 personnes en ligne simultanément, Piere Gurdjian, président du conseil d'administration de l'ULB, et Isabelle Mazzara, directrice générale de l'ULB, ont fait valoir les adaptations du monde universitaire face à la pandémie. Ils ont plus particulièrement souligné l'investissement citoyen des étudiants et des enseignants, le rôle de l'université dans la recherche et les soins ou encore l'adaptation du fonctionnement universitaire. Les acteurs universitaires ont été applaudis pour leur travail. "Nous avons devant nous, derrière nous, autour de nous, une menace invisible qui a profondément bouleversé cette partie de l'année académique", a déclaré Yvon Englert, recteur de l'ULB. "Nous avons fait un bond incroyable dans le monde digital. Nous en avons aussi mesuré les limites." Il a avancé se préparer à une rentrée en présentiel mais qui restera inhabituelle, avec une sécurité sanitaire au cœur des préoccupations. Pour sa fin de mandat, Yvon Englert a relevé que la croissance différentielle du nombre d'étudiants (environ 35.000 inscrits cette année académique) a fait de l'ULB la plus grande université de la fédération et a donc permis une croissance de ses moyens. "Pour la première fois depuis 20 ans, des recrutements en nombre significatif ont pu être faits, essentiellement dans les facultés avec 60 nouveaux postes et une trentaine dans l'administration générale. Ce renforcement de nos moyens humains et le soutien à la recherche ont été les deux grands bénéficiaires de l'amélioration de nos moyens financiers." Il a fait valoir les réalisations qui lui ont tenu à cœur pendant ses quatre années de mandat, à savoir le plan Climat de l'ULB, ses efforts à promouvoir l'engagement citoyen et à favoriser une université ouverte sur la ville ou encore l'approfondissement des liens avec la VUB. Caroline Pauwels est d'ailleurs revenue dans son discours sur l'importance des valeurs fondatrices de l'ULB et de la VUB. Elle a défendu que leurs liens formaient "un héritage que l'on doit chérir et cultiver. C'est un perpétuel retour aux sources, qu'il faut sans cesse actualiser... Qui mieux pour incarner notre héritage que notre fondateur Théodore Verhaegen". Estimant sa vision toujours d'actualité, elle a repris ses mots: "Mettons tout en œuvre pour propager les lumières du siècle, mais avant tout pour les conserver car nos ennemis veillent pour les éteindre. (...) Nous ne voulons que liberté, instruction et progrès". (Belga)