Le Conseil de l'Union européenne (UE) a décidé jeudi d'imposer des mesures restrictives à l'encontre de six personnes et de trois entités responsables ou impliquées dans plusieurs cyberattaques organisées depuis la Russie et la Chine. Il s'agit notamment de la tentative de cyberattaque contre l'OIAC (Organisation pour l'interdiction des armes chimiques) et de celles connues sous les noms de "WannaCry", "NotPetya" et "Operation Cloud Hopper". Les sanctions imposées comprennent une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et un gel des avoirs. Il est, par ailleurs, interdit aux personnes et aux entités de l'UE de mettre des fonds à la disposition des personnes et entités inscrites sur la liste. "Les sanctions sont l'une des options disponibles dans la boîte à outils cyberdiplomatique de l'UE en vue d'empêcher, de décourager et de contrer les actes de cybermalveillance dirigés contre l'UE ou ses États membres, et c'est aujourd'hui la première fois que l'UE utilise cet outil", a indiqué le Conseil dans un communiqué. Le cadre juridique des mesures restrictives contre les cyberattaques a été adopté en mai 2019 et récemment prorogé. (Belga)