Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (SP.A) a donné son feu vert pour que l'Inami mette en place une politique de surveillance génomique face à l'émergence d'une nouvelle mutation du virus Sars-Cov-2, rapporte Le Soir mercredi. Cela répond à la demande des scientifiques d'augmenter le séquençage."Nous sommes actuellement en train de discuter avec l'Inami du financement", relate le porte-parole de Frank Vandenbroucke (SP.A). Dès la mi-janvier au plus tard, une vingtaine de laboratoires répartis sur l'ensemble du territoire belge se chargeront de séquencer le génome du Sars-Cov-2. "Chaque semaine, environ 1.000 échantillons positifs seront analysés", poursuit le porte-parole. "Nous espérons ainsi respecter les recommandations des experts qui souhaitent atteindre 2% des échantillons contre 0,5% pour l'instant. Ce qui permettra d'étudier l'évolution du virus et ses potentielles mutations". Les trois laboratoires belges en charge actuellement du séquençage n'ont pas détecté en Belgique de cas présentant cette mutation depuis la semaine dernière. "Pour l'instant, il n'y a pas de raison d'avoir d'inquiétude", souligne Vincent Bours, directeur du département de génétique humaine de l'ULiège. La nouvelle stratégie adoptée par le gouvernement belge permettra sûrement d'y voir plus clair. (Belga)