La Communauté communautaire commune (Cocom) a lancé mardi, sur les réseaux sociaux, la campagne "Covid Breakers" pour encourager les jeunes à continuer d'appliquer les gestes barrières. Ceux-ci permettent de briser la chaîne de transmission du virus et donc de créer les conditions pour renouer avec le cours normal de leurs existences, rappelle la Cocom.Une des mesures les plus difficiles à vivre est la limitation des contacts sociaux. Ce "blues" du confinement est largement partagé chez les jeunes, francophones comme néerlandophones, quelle que soit leur origine culturelle, ressort-il d'une enquête qualitative menée auprès de 24 Bruxellois de 18 à 25 ans interrogés entre le 4 et 13 novembre. Les sondés ont exprimé de la tristesse, un sentiment de solitude, de la frustration, de la colère et du découragement. S'ils ne font pas nécessairement le lien entre l'application des mesures sanitaires et une possible sortie de crise, leur principale motivation à s'y plier reste la protection des membres plus âgés de leurs familles. De manière générale, ils ne craignent pas pour leur propre santé. La campagne veut rappeler aux jeunes qu'ils ont le pouvoir de modifier la situation à leur échelle en portant un masque, en gardant leurs distances et en limitant leurs contacts rapprochés, notamment. À travers des vidéos, des affiches, un groupe Facebook mais aussi des petits événements comme du théâtre de rue et des challenges, cette action entend développer un sentiment d'appartenance à la communauté des "Covid Breakers". La campagne veut également exprimer la reconnaissance des autorités pour les efforts accomplis et les encourager à maintenir le cap malgré la lassitude qui s'installe. Elle sera aussi diffusée après le confinement dans les universités, les écoles supérieures, le secteur horeca ou encore dans certaines salles de cinéma. (Belga)