La commission spéciale de la Chambre chargée d'examiner la gestion de l'épidémie de Covid-19 par la Belgique ne formulera pas de recommandations intermédiaires, a-t-on appris vendredi à plusieurs sources. Les travaux se poursuivront en janvier avec de nouvelles auditions d'intervenants issus des secteurs actifs durant la crise. Les auditions politiques devraient elles avoir lieu après les vacances de carnaval.La commission se réunissait ce vendredi à huis clos avec les quatre experts désignés pour accompagner les députés - Yves Coppieters (professeur de santé publique à l'ULB), Leïla Belkhir (infectiologue à l'UCLouvain), Marc Sabbe (médecin urgentiste à l'UZ Leuven) et Hugo Marynissen (professeur à l'Antwerp Management School et expert en gestion de risques). Il leur a été demandé de fournir un rapport intermédiaire, idéalement pour le 8 janvier, sur leurs constats communs. Aucune recommandation intermédiaire ne sera formulée, l'intention étant toujours d'aboutir à des recommandations finales en juin, a-t-on indiqué de bonne source. Pour la suite des travaux, aucun agenda précis n'a encore été arrêté. Il a toutefois été convenu de procéder à de nouvelles auditions début 2021: soignants, associations de patients, centre fédéral de crise, police, défense et certaines experts non encore auditionnés comme Marc Van Ranst ou Pedro Facon. Les auditions politiques devraient avoir lieu après les vacances de carnaval avec les membres du gouvernement en place durant la première vague, à savoir Sophie Wilmès (Première ministre à l'époque), Maggie De Block (Santé) ou encore Philippe De Backer (Approvisionnement du matériel) voire Philippe Goffin (Affaires étrangères). Le moment de réflexion, de rédaction du rapport final et les arbitrages politiques auront lieu ensuite. Une concertation avec les entités fédérées à la suite de leurs rapports respectifs est aussi envisagée. (Belga)