La Commission européenne souhaite que l'UE se dote d'une capacité d'intervention humanitaire commune, qui pourrait par exemple "combler une lacune temporaire lorsque les mécanismes d'acheminement habituels ou les capacités disponibles des organisations humanitaires ou des autorités nationales sont inefficaces ou inexistants", a-t-elle communiqué mercredi.De tels problèmes se sont manifestés durant la pandémie de Covid-19, et l'UE y a entre autres répondu avec son "pont aérien humanitaire" qui a débuté en mai dernier, note la Commission. Vu la baisse des vols commerciaux à travers le monde, l'UE a par exemple utilisé des vols de rapatriement pour acheminer vers des régions en crise du personnel humanitaire, du matériel médical, des fournitures de différentes organisations, etc. Il s'agissait d'un effort temporaire, lié à la crise du coronavirus, mais sur base de cette expérience la Commission souhaiterait désormais mettre en place une capacité spécifique, financée par le budget UE. "Elle visera à faciliter l'action humanitaire des partenaires de l'UE et des États membres (...) Au besoin, elle tendra à simplifier la logistique, y compris le transport, en permettant la mise en commun des ressources et en facilitant leur déploiement et les opérations initiales sur le terrain. (...) Elle pourrait aussi encore renforcer la capacité d'intervention médicale de l'UE lors de futures situations d'urgence sanitaire, en s'appuyant sur le Corps médical européen existant", peut-on lire dans la communication de la Commission. Il s'agit d'agir "en complémentarité avec le mécanisme de protection civile de l'Union". Le but n'est pas non plus "de remplacer l'action des partenaires humanitaires", a souligné en conférence de presse le commissaire à la gestion des crises Janez Lenarcic. "Nous serions là pour agir en complément, là et si c'est nécessaire". La communication de la Commission "sur l'action humanitaire de l'UE" va désormais être transmise au Parlement européen et au Conseil. (Belga)