La Conférence des bourgmestres de Wallonie picarde rejoint l'avis des communes de Wapi concernées par le projet de "Boucle du Hainaut" déposé par Elia. Les sept communes impactées ne veulent pas du tracé tel qu'il est proposé à ce jour par le gestionnaire de la haute tension.Ce jeudi 1er avril, la conférence des 23 bourgmestres et des élus territoriaux de Wallonie picarde, sous la présidence de Jean-Luc Crucke, s'est réunie par vidéo conférence. L'assemblée a adopté un avis dans le cadre du projet "Boucle du Hainaut". Ce projet déposé par Elia, gestionnaire du réseau de transport d'électricité, concerne la construction d'une liaison électrique aérienne pour la haute tension (380.000 volts). Cette jonction de 85 km, entre Avelgem et Courcelles, doit faire l'objet d'une révision du plan de secteur. A cet effet, la Direction du développement territorial du SPW (aménagement du territoire et l'urbanisme), sous l'autorité du ministre Borsus, a sollicité l'avis de la Wapi. Le tracé de cette ligne traverse 14 communes en Hainaut, dont sept communes en Wapi (Ath, Brugelette, Celles, Chièvres, Frasnes, Leuze et Mont-de-l'Enclus). Une réunion de concertation s'est tenue en novembre. Cette assemblée a réuni les sept bourgmestres de Wapi dont les territoires sont impactés, le bureau de la conférence des bourgmestres, les parlementaires régionaux et fédéraux, l'Agence de développement territorial IDETA et l'ASBL Wapi. Ce 1er avril, la conférence des bourgmestres de Wapi a rédigé l'avis qui sera remis au ministre Borsus. La Wapi y exprime sa totale solidarité à l'égard de la position des sept communes traversées par le tracé de la ligne. Ces communes ne veulent pas du tracé tel que proposé par Elia. La conférence soutient la collaboration mise en place entre les deux bassins de vie pour les 14 communes concernées par le tracé en Hainaut, une initiative de la "Commission des bourgmestres de la Boucle du Hainaut", d'IDETA et d'IDEA. La Wapi demande à Elia d'objectiver les besoins économiques et énergétiques en Hainaut, avant toute décision et consultation. A cet effet, IDETA et IDEA ont mandaté l'UMons pour mener une étude afin d'objectiver ces besoins futurs du territoire. Les résultats sont annoncés fin du mois de mai. La Wapi demande de disposer d'études de l'impact des lignes à très haute tension sur la qualité de la santé humaine et animale, le cadre de vie, l'environnement et le respect de la biodiversité, de garantir une transparence dans le processus en informant les citoyens sur l'avancement du dossier et d'étudier les alternatives possibles en termes technologiques et techniques. En conclusion, la Wapi demande aux autorités régionales de reporter l'examen du projet déposé par Elia dans la mesure où les résultats des études demandées par les ministres Tellier et Borsus devront être préalablement connus avant toute décision sur ce dossier. Les résultats de ces études sont attendus pour la fin 2021. (Belga)