La conférence interministérielle contre le racisme, lancée en février puis mise entre parenthèses en raison de la crise du coronavirus, va être relancée, a affirmé mercredi la ministre wallonne de l'Egalité des chances, Christie Morreale (PS), en séance plénière du parlement régional. Aux Etats-Unis, la mort de George Floyd, asphyxié lors de son interpellation par des policiers de Minneapolis, a mis le feu aux poudres. "Mais ici aussi, certains, parfois au coeur même de l'Etat, attisent la haine", a souligné la ministre Morreale alors qu'elle était interrogée par les parlementaires Joëlle Kapompole (PS) et Samuel Nemes (PTB). "Nous allons reprendre les préparatifs de la conférence interministérielle consacrée à la lutte contre le racisme car nous avons besoin d'éléments fédéraux mais aussi de mesures concrètes régionales, en matière d'accès à l'emploi ou au logement par exemple", a-t-elle poursuivi. "Nous avons notre part de responsabilités et nous allons y travailler d'arrache-pied", a encore assuré la ministre. Bart Somers (Open Vld), son homologue flamand, n'a pas dit autre chose au parlement régional. "Dans notre pays aussi, il y a trop de gens qui sont victimes de racisme, de préjugés et de discriminations en raison de leur origine ou de leur couleur de peau. Des gens qui n'obtiennent pas de logement à cause de leur nom, ou qui ne décrochent pas d'emploi à cause de leur couleur", a-t-il pointé. Ce racisme doit être combattu par des faits, a poursuivi Bart Somers qui, en l'absence de recette miracle, a promis de s'atteler à la rédaction d'un plan interfédéral de lutte contre le racisme, en parallèle à un plan régional consacré à l'égalité des chances qui devrait être adopté avant les grandes vacances. (Belga)