La Cour constitutionnelle espagnole a accepté de se pencher sur le recours de l'ancien président de Catalogne Quim Torra, mais a rejeté sa demande de protection juridique provisoire, relatent des médias espagnols mardi. Le leader du mouvement séparatiste catalan a été destitué le 28 septembre, après une condamnation de la Cour pour désobéissance, car il avait refusé d'obéir en 2019 aux ordres de l'autorité électorale lui demandant de retirer une banderole au contenu séparatiste de la façade du siège du gouvernement régional. L'avocat de M. Torra, Me. Gonzalo Boye, a indiqué être prêt à se tourner vers la Cour européenne des droits de l'homme. Les velléités indépendantistes de la Catalogne ont plongé l'Espagne dans une crise politique majeure en 2017. L'autonomie de la région avait notamment été suspendue après l'échec d'une tentative de sécession avec le pays. (Belga)