La Fédération des cafés de Belgique (Fedcaf Belgium) a adressé vendredi un courrier aux "divers acteurs et collaborateurs du secteur attenant aux cafés", leur demandant leur "indulgence au niveau financier". Cela concerne les loyers commerciaux et crédits "octroyés aux cafetiers par les brasseries, les négociants et distributeurs en boissons, les placeurs de jeux, les administrations fiscales et les banques". En raison des mesures prises dans le cadre de la crise sanitaire provoquée par le coronavirus, tous les cafés et bars ont dû fermer leurs portes depuis samedi dernier. "Il va de soi que ces mesures contraignantes ont et auront un impact significatif sur les finances des cafetiers, qui ont été obligés de fermer leur fonds de commerce et qui sont de la sorte privés de tous revenus", souligne la Fédération des cafetiers. Soulignant que le gouvernement a "plaidé pour un report des échéances de paiement", Fedcaf Belgium demande dès lors au "secteur attenant, propriétaire ou locataire principal d'un lieu loué et affecté à un débit de boisson, une indulgence particulière pour le paiement des loyers". L'acquittement du loyer risque en effet, dans certains cas, d'être retardé. La fédération prie "d'éviter toute action en justice intempestive". Elle requiert la même chose "pour le remboursement des mensualités d'un éventuel prêt octroyé aux cafetiers par les brasseurs, négociants et distributeurs en boissons, placeurs de jeux et autres". Fedcaf demande également aux banques de "mettre en place un système moratoire" pour les cafetiers qui ont un crédit en cours. Il s'agirait de "suspendre provisoirement l'exécution de certaines obligations financières, ce qui entraînera une prolongation des délais". Ce geste permettra un "allègement considérable" et "évitera également des faillites abusives". (Belga)