La Fédération des CPAS wallons rappelle dans ses priorités pour 2021 qu'il est urgent de renforcer les CPAS en personnel, d'augmenter le revenu d'intégration et de mener notamment une réflexion sur les finances des CPAS, indique-t-elle lundi dans un communiqué alors que son Assemblée générale s'est tenue vendredi dernier.La Fédération des CPAS wallons estime que, dans l'après-Covid, "l'augmentation du nombre de bénéficiaires du revenu d'intégration, de 2020 à 2022, devrait s'établir entre 15 et 30%, sans compter l'augmentation du nombre d'aides sociales complémentaires". Cette situation pousse la Fédération a attirer l'attention sur la nécessité de renforcer les CPAS en personnel. "Leur nombre est quasiment stable depuis 20 ans alors que le nombre de dossiers a doublé", précise-t-elle. En outre, elle souhaite qu'une réflexion soit menée sur les finances des CPAS, "notamment par une solution à apporter en urgence à la charge des pensions (cotisation de responsabilisation)". La Fédération des CPAS pointe aussi la nécessité d'augmenter le revenu d'intégration et de mettre en place un plan fédéral de lutte contre la pauvreté, articulé avec les différents niveaux de pouvoir, avec des budgets additionnels et dans une logique de "chaîne de solidarité" entre toutes les institutions sociales qui accompagnent les personnes fragilisées. Dans sa communication, la fédération réinsiste sur le fait que les CPAS ont joué, et jouent, un rôle primordial de "service essentiel" et qu'à ce titre, "il est primordial de considérer les travailleurs sociaux de la première ligne comme prioritaires dans la vaccination. "Il est en effet inacceptable de demander à des travailleurs sociaux de rester en contact physique avec les usagers sans les considérer comme des fonctions critiques, à placer en haut des priorités pour la vaccination", souligne Luc Vandormael, président de la Fédération des CPAS. (Belga)