Après la Wallonie vendredi, et la Région bruxelloise samedi, le gouvernement flamand a décidé à son tour mardi soir de resserrer la vis face au rebond épidémique du coronavirus. A partir de vendredi 18h00, tous les salles de spectacles et centres culturels du nord du pays devront fermer leurs portes. Les grands événements publics y seront également interdits. Comme au sud du pays, les activités sportives sont en grande partie mises à l'arrêt. Dans le secteur de la jeunesse, tous les activités impliquant des nuitées sont également désormais proscrites. Le sport pour les plus de 12 ans n'est plus permis qu'en extérieur, et par groupe de quatre tout au plus. Les piscines, les centres de fitness, les bowlings devront fermer. Les modalités de visite dans les maisons de repos seront également resserrées. Dans les commerces, les clients ne pourront être accompagnés que d'une seule personne seulement dorénavant. "Le nombre de contaminations progresse de manière très inquiétante et les admissions hospitalières sont alarmantes", a justifié mardi soir le ministre-président Jan Jambon (N-VA). Le couvre-feu fédéral, de minuit à 5h00 du matin, ne sera toutefois pas étendu au nord du pays, comme l'ont pourtant décidé Bruxelles et la Wallonie où il a été porté de 22h00 à 6h00. L'objectif de ces mesures, a expliqué M. Jambon, est de limiter les contacts physiques. "Nous ne vous demandons pas expressément de rester chez vous, mais bien de rencontrer le moins de monde possible". Si tous les lieux culturels devront fermer à compter de vendredi soir, les bibliothèques pourront toutefois rester ouvertes. Tous les événements à l'intérieur avec plus de 40 personnes seront interdits. Seuls les marchés hebdomadaires pourront se maintenir. Les marchés aux puces, marchés de Noël et autres sont désormais prohibés. Les Flamands sont par ailleurs invités à télétravailler au maximum. Les cultes, les enterrements et les mariages seront à nouveau limités à 40 participants. Les contrôleurs actifs sur les réseaux de transport en commun flamands auront à présent la capacité d'infliger des sanctions administratives aux voyageurs qui ne porteront pas de masque. Dans l'enseignement obligatoire, le gouvernement avait déjà décidé, dans la foulée de la Fédération Wallonie-Bruxelles, de prolonger le congé de Toussaint. L'enseignement supérieur passera lui au code rouge, avec une généralisation des cours à distance, à l'exception des étudiants de première année. L'exécutif flamand n'a fixé aucun terme pour ces mesures. Celles-ci feront l'objet d'une évaluation au jour le jour. Après l'annonce du gouvernement flamand, le Premier ministre Alexander De Croo a indiqué mardi soir vouloir inviter les différents ministres-présidents du pays pour "une consultation". "Nos citoyens et entreprises ont tout intérêt à ce que les règles soient claires et sans équivoque pour l'ensemble du pays", a-t-il commenté sur Twitter. (Belga)