Le personnel des urgences et soins intensifs des 13 hôpitaux de Flandre qui servent de centres de stockage et de répartition des vaccins continuera d'être vacciné au cours des deux prochaines semaines, a indiqué mercredi le ministre flamand de la Santé Wouter Beke, dans les journaux télévisés de la VRT et de VTM.Mardi, on apprenait que la vaccination, à peine lancée auprès du personnel hospitalier, devait être suspendue au nord du pays en raison de retards de livraisons du fabricant Pfizer. "Pour la deuxième fois en une semaine, Pfizer a annoncé qu'elle ne pouvait pas fournir autant que prévu. C'est une énorme déception pour les gens sur le terrain, mais aussi une frustration particulière pour nous", a commenté M. Beke (CD&V). Selon VTM Nieuws, le retard porterait sur 11.600 vaccins. C'est à l'aune de ce chiffre qu'il a été décidé de ne revoir que de manière limitée le planning de vaccination, et donc de procéder quand même à des vaccinations en hôpital. Le nouveau planning doit encore être discuté dans l'après-midi avec les hôpitaux. Les vaccinations en cours et programmées dans les maisons de repos et de soins ne sont quant à elles pas remises en question. L'Italie a déjà annoncé une procédure judiciaire contre les retards de Pfizer. "La Belgique, en tant qu'État membre de l'Union européenne, a acheté ces vaccins dans le cadre européen. Ce n'est donc pas à la Flandre d'entamer des procédures juridiques. Mais le message que nous lançons à Pfizer est bien de consolider son approvisionnement", selon Wouter Beke. (Belga)