Malgré un déploiement militaire à grande échelle, la forêt tropicale amazonienne continue de brûler. Rien que dans les premiers jours de septembre, un millier d'incendies ont ainsi été enregistrés en Amazonie brésilienne, selon les données de l'Institut national de recherche spatiale (Inpe).En août, il y avait eu près de 30.000 incendies. Samedi, le Brésil célèbre la Journée de l'Amazonie, en mémoire de la fondation de l'Etat d'Amazonas par l'empereur Pedro II en 1850. "L'agriculture sur brûlis est actuellement officiellement interdite, mais elle se poursuit sans relâche. Les services environnementaux sont restreints, la police ne contrôle pratiquement pas et les infractions n'ont aucune conséquence", dénonce Juliana Miyazaki, de l'organisation humanitaire 'Société pour les peuples menacés'. Le brûlage illégal est souvent à l'origine des incendies de forêt. "La déforestation a lieu, le bois se dessèche et le feu est ensuite allumé. Cela permet de libérer de l'espace pour les activités économiques, comme l'agrobusiness", explique la représentante de l'ONG basée en Allemagne. (Belga)