La France a durci sa ligne sur le port du masque dans les établissements scolaires pour les plus de 11 ans, à la veille de la rentrée des classes dans un pays où les cas détectés positifs au Covid-19 sont en hausse. Le ministre de l'Éducation, Jean-Michel Blanquer, a précisé jeudi soir que le port du masque serait "systématique à partir du collège, et pas seulement quand il n'y a pas de distance physique, dans les espaces clos". Jusqu'à présent, le masque était obligatoire dans les collèges et lycées dans les espaces clos où une distanciation d'un mètre ne pouvait être respectée. "Si des familles sont en grande difficulté, nous sommes en situation de fournir des masques aux élèves qui en ont le plus besoin", a-t-il aussi déclaré vendredi lors d'une visite dans une école, rappelant que l'allocation de rentrée scolaire pour les foyers les plus modestes avait été majorée de 100 euros cette année. Le ministre a souligné que "l'habitude de porter le masque (devait) être prise, y compris par les adolescents" et qu'il était "normal d'avoir cela comme on a des vêtements", que cela faisait partie "des fournitures de rentrée". S'agissant des professeurs eux aussi tenus de porter un masque, le ministre a précisé qu'ils pourront, lorsqu'il y a une distance de 2 mètres avec les élèves, le retirer pour faire cours. Le dernier protocole parlait d'un mètre. M. Blanquer a aussi écarté tout report de la rentrée alors que des professeurs s'inquiètent des conditions dans lesquelles elle va se dérouler le 1er septembre. Pour prévenir tout rebond épidémique, d'ici à fin août, le masque doit également devenir obligatoire dans les espaces ouverts et partagés des entreprises. Il l'est déjà dans les commerces et autres espaces clos accueillant du public et plusieurs villes ont également décidé de l'imposer à l'extérieur sur tout ou partie de leur territoire. Jeudi soir, la France a enregistré 4.771 nouveaux cas de Covid-19 en 24 heures, contre 3.776 mercredi, une progression inédite depuis mai. (Belga)