Le Bureau belge des assureurs automobiles (BBAA) a ouvert en 2019 4.988 dossiers sur base d'une déclaration faisant état de l'implication d'un véhicule automoteur non belge en 2018, soit 454 de plus l'année précédente, ressort-il de son rapport annuel, publié mardi. La France reste la nation étrangère la plus impliquée. Ces sinistres ont été provoqués par des véhicules provenant de France (28,17%), des Pays-Bas (11,53%), d'Allemagne (8,40%), de Grande-Bretagne (4,75%) et du Grand-Duché de Luxembourg (2,55%) mais aussi de Bulgarie (14,68%), Roumanie (11,47%) ou encore Pologne (5,91%). L'une des missions du BBAA est d'assurer l'indemnisation des victimes d'accidents survenus en Belgique et impliquant des véhicules étrangers couverts par une carte verte (carte internationale d'assurance). Le BBAA a aussi effectué des recherches dans 2.736 autres dossiers (-20) pour soit identifier les correspondants agréés, soit répondre à des demandes d'assistance émanant d'entreprises étrangères. Par ailleurs, lorsqu'un véhicule habituellement stationné en Belgique est impliqué dans un accident à l'étranger, les personnes lésées peuvent dresser une demande d'indemnisation au bureau national du pays de survenance. L'an dernier, le BBAA a ainsi ouvert 3.842 dossiers à la suite d'une demande de confirmation de stationnement ou de "carte verte" selon le cas. Pour les sinistres ayant eu lieu en 2019, le Bureau a remboursé 86.817 euros aux bureaux étrangers et a comptabilisé, "à titre de provisions techniques", une somme de 1.466.276 euros, précise le rapport. Ce coût est entièrement pris en charge par le Fonds commun de garantie belge. (Belga)