En raison de la grande affluence de touristes à la Côte, la gouverneure de Flandre occidentale par intérim, Anne Martens, a demandé aux autorités compétentes de ne plus mettre en place de trains supplémentaires dès ce vendredi. Elle souligne également que les fauteurs de troubles doivent être poursuivis avec acharnement. "Un tel comportement ne peut pas et ne sera pas toléré", explique-t-elle, faisant référence à l'altercation qui s'est produite samedi à Blankenberge. La vague de chaleur qui s'est abattue sur le pays a provoqué samedi un afflux important de touristes d'un jour sur la Côte. Au total, 15.000 personnes sont venues à Ostende, 8.000 à Blankenberge et 2.500 à Knokke-Heist en train. Ces chiffres sont toutefois diamétralement opposés au plan établi par les bourgmestres de la Côte en coopération avec la province. Des limites ont été fixées pour chaque commune. "S'il est alors établi que la SNCB à elle seule fait venir plus de touristes que ces limites, cela conduit inévitablement à des problèmes d'application dans les communes côtières", souligne la gouverneure en exercice. Lors de la consultation de la cellule de crise, il a été décidé de ne pas fermer les gares dimanche. Toutefois, la police locale aura le renfort de la police fédérale pour effectuer des contrôles, notamment dans les gares. Ces mesures sont destinées à éviter de nouvelles rixes. En outre, la gouverneure demande au gouvernement fédéral de ne plus mettre en service de trains supplémentaires vers la Côte à partir du week-end du 14 août. La gouverneure souhaite également "limiter l'occupation des trains en raison des mesures actuelles liées au coronavirus. Une fois que la limite de visiteurs d'une commune côtière est atteinte, nous ne pouvons plus amener de personnes supplémentaires vers la Côte". Le bourgmestre d'Ostende, Bart Tommelein, a déjà lancé un appel similaire en ce sens à plusieurs reprises. (Belga)