La guerre civile en Syrie, qui entre ce week-end dans sa dixième année, a un impact "poignant" sur les enfants, d'après un rapport de l'Unicef publié dimanche. Le Fonds des Nations unies pour l'enfance estime qu'un enfant est tué toutes les dix heures et qu'ils sont plus de 5.400 à avoir succombé depuis le début du conflit. Rien qu'en 2019, près de 900 enfants ont perdu la vie. Les trois quarts d'entre eux vivaient au nord-ouest de la Syrie, où le conflit s'est intensifié. Environ 5.000 mineurs ont été recrutés pour le combat, dont certains avaient à peine sept ans. Beaucoup ont été directement envoyés au front, d'après Unicef Belgique. Près de six millions d'enfants syriens n'ont connu rien d'autre que la guerre dans leur pays, depuis qu'ils sont nés. Un peu moins de cinq millions d'entre eux sont nés durant la guerre et plus d'un million ont vu le jour en tant que réfugiés. Depuis 2012, le nombre d'enfants déplacés dans le pays a plus que doublé, alors qu'ils sont deux millions et demi dans les pays alentour. Les dommages causés par le conflit les plus graves sont au niveau des services de base aux enfants: la moitié des installations médicales ne fonctionnent pas et deux écoles sur cinq sont hors-service. L'Unicef estime à 2,8 millions le nombre d'enfants syriens déscolarisés. Certains ont perdu neuf années de leur scolarité, ce qui rendra le rattrapage très difficile, alors que d'autres n'ont simplement jamais connu l'école. (Belga)