La Haute-Commissaire aux droits humains des Nations unies, Michelle Bachelet, a déclaré mercredi fonder "beaucoup d'espoir" dans le nouveau président américain Joe Biden, dont elle attend qu'il améliore la situation des droits dans le pays et dans le monde.Lors de sa conférence de presse annuelle de fin d'année à Genève, Mme Bachelet a exprimé son optimiste après "une série d'engagements prometteurs" du président élu. Elle a relevé sa volonté de défendre le programme des droits des jeunes migrants (DACA), ses promesses d'augmenter le nombre de réinstallations de réfugiés, de mettre fin aux séparations familiales, de soutenir les droits à la santé sexuelle et reproductive, de se concentrer sur l'éradication du racisme systémique et d'interdire la torture. "Je me réjouis de tous ces engagements". "Pour les droits humains, je pense que ce sera beaucoup mieux, j'ai beaucoup d'espoir à cet égard", a-t-elle affirmé. La Haute-Commissaire a aussi souligné les promesses internationales de M. Biden, notamment celle de mettre fin au retrait des États-Unis de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et de réintégrer l'Accord de Paris sur le climat. Elle a jugé que, si elles sont mises en œuvre, ces promesses "auront un impact positif sur les droits humains aux États-Unis et dans le monde". "J'attends avec impatience le renouvellement de l'engagement des États-Unis auprès des organisations multilatérales", a-t-elle ajouté. Mme Bachelet a précisé ne pas s'être encore entretenue avec Joe Biden depuis son élection mais avancé qu'elle le connaissait bien puisqu'il était vice-président quand elle était présidente du Chili. Elle a exprimé l'espoir qu'il "puisse également inverser les politiques menées sous l'administration Trump, qui ont entraîné de graves revers pour les droits humains, notamment les droits des femmes, des LGBT, des migrants et des journalistes". Elle s'est aussi déclarée très inquiète de la frénésie des exécutions fédérales prévues par Donald Trump au cours de ses dernières semaines de mandat. (Belga)