Le procureur général de Lituanie a ouvert mercredi une enquête criminelle visant des membres du régime bélarusse à propos d'accusations de torture de militants pro-démocratie.Le procureur Evaldas Pasilis a indiqué qu'il appliquait des lois de juridiction universelle qui permettent d'engager des poursuites pour crimes contre l'humanité commis partout dans le monde. "Chacun d'entre nous, quelle que soit sa nationalité, a le même droit à la vie et la dignité", a déclaré M. Pasilis dans un communiqué. L'enquête a été ouverte après que le citoyen bélarusse Maksim Kharoshyn a déposé une requête auprès du ministère public, dans laquelle il dit avoir été torturé alors qu'il était détenu par les forces de l'ordre bélarusses. Aucun nom de suspect n'a été évoqué dans l'enquête lituanienne pour le moment. La cheffe en exil de l'opposition bélarusse, Svetlana Tikhanovskaïa, s'est réjouie de cette nouvelle et appelé les autres pays européens à faire de même. "Nous encourageons tous les autres pays à emboîter le pas à l'initiative du procureur lituanien et commencer à enquêter les crimes contre l'humanité du régime (bélarusse). Aucun cas ne devrait être oublié, chacun doit faire l'objet d'une enquête", a-t-elle déclaré à l'AFP par téléphone. La Lituanie, qui fait partie de l'UE, a joué un rôle essentiel dans la mobilisation internationale pour soutenir les manifestants bélarusses qui contestent depuis des mois la réélection du président Alexandre Loukachenko. Tous les dimanches depuis le mois d'août, des dizaines de milliers de Bélarusses manifestent dans les rues de la capitale pour obtenir le départ de M. Loukachenko. Celui-ci a cependant résisté à la pression de la rue et multiplié les coups portés à l'opposition, arrêtant ou poussant à l'exil l'essentiel des figures de la contestation. Mme Tikhanovskaïa, qui dit avoir remporté la présidentielle, et M. Kharoshyn font partie des centaines de Bélarusses accueillis par la Lituanie ces derniers mois. L'opposante a reçu le soutien de la plupart des capitales occidentales, quand M. Loukachenko, au pouvoir depuis 26 ans, a lui le support de la Russie, puissance régionale. (Belga)