La ministre wallonne de la Sécurité routière, Valérie De Bue, a décidé d'offrir pour la rentrée un petit coup de neuf à la signalisation routière régionale, afin que celle-ci soit "plus lisible et donc plus efficace". Outre une harmonisation de certaines signalétiques avec les pays voisins, les conditions d'aménagement d'une zone de rencontre urbaine, prisée en ces temps de coronavirus, sont simplifiées, a-t-elle indiqué jeudi. Parmi les "nombreux changements", ce ravalement de bitume pour l'arrêté ministériel de 1976 relatif aux placements et aux exigences techniques de la signalisation routière prévoit une nouvelle signalisation pour les échangeurs. Le numéro jaune sur fond vert laisse ainsi place à un symbole quasiment identique à celui utilisé en France et au Luxembourg, et très proche des signalétiques allemande et néerlandaise, soit une double bande munie d'une flèche noire sur fond blanc. Les signaux et pictogrammes seront également plus souvent reproduits au sol. "Plus visibles, (ces symboles) rappellent la règlementation notamment dans des zones qui peuvent être étendues (zone bleue, zone à stationnement payant, interdiction de stationnement, emplacement réservé à la livraison ou aux personnes handicapées, espaces partagés, etc.)", énumère le cabinet de la ministre. En outre, les conditions d'instauration des zones de rencontre ou résidentielles, où la vitesse est limitée à 20 km/h, seront également facilitées dès le 1er septembre. "Le confinement a induit des changements de pratiques en termes de mobilité", a expliqué la ministre sur les ondes de Bel-RTL. "J'ai donc voulu simplifier le travail des communes, (...) notamment en matière de zones de rencontre urbaines et de zones 30, en n'imposant plus systématiquement des aménagements lourds qui demandent des investissements coûteux et prennent du temps." Concrètement, l'accès à la zone de rencontre doit être clairement reconnaissable, par des marquages au sol ou des bacs de fleurs par exemple. La ministre a par ailleurs confirmé une information de Sudpresse selon laquelle des radars-tronçon seront installés aux abords des chantiers. Ces derniers "sont un point d'attention car les chiffres en matière d'accidents y sont interpellants", a souligné Mme De Bue sur Bel-RTL. Un projet d'amélioration de la signalisation des chantiers est en cours d'élaboration. (Belga)