Depuis que la N-VA est devenue le plus gros parti de Belgique en 2014, elle a considérablement renforcé sa position financière, écrit mardi De Tijd sur base des rapports financiers que les partis doivent soumettre à la Chambre. Avec des fonds propres avoisinant les 30 millions d'euros, la N-VA disposait fin 2019 d'une tirelire presque aussi grande que tous les autres partis flamands réunis. Le fossé entre le parti nationaliste et les autres formations flamandes, déjà important, s'est encore creusé en 2019. La N-VA a vu ses fonds grimper de près de 500.000 euros tandis que le sp.a, le CD&V, l'Open Vld, Groen et le Vlaams Belang ont vu leurs finances réunies décroître d'1,5 million d'euros au total. De Tijd note que les chiffres sur les fonds propres sont importants car ils montrent les sommes qui pourraient être engagées par les partis en cas d'élections. (Belga)