La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern a annoncé interdire les rassemblements de plus de 500 personnes dans un effort de lutte contre la propagation du nouveau coronavirus, responsable d'une pandémie. Elle a précisé que les personnes qui ne s'en tiennent pas aux mesures d'auto-isolation ne bénéficieraient d'aucune clémence. L'interdiction de rassemblement ne concerne pas les écoles et universités dans le pays d'Océanie. La Nouvelle-Zélande avait déjà annulé l'hommage national aux victimes de l'attaque des mosquées de Christchurch, survenue il y a un an, en raison des craintes liées au Covid-19. Toute personne entrant en Nouvelle-Zélande depuis dimanche doit s'isoler pendant 14 jours et les navires de croisière ne peuvent plus accoster. Mardi le gouvernement néo-zélandais présentera un paquet de mesures pour aider les entreprises lésées, selon Mme Ardern. La Première ministre a aussi fait part de l'avis reçu par le ministre des Finances estimant que les conséquences économiques de la pandémie en Nouvelle-Zélande seraient plus importantes encore que celles de la précédente crise financière mondiale. "En ce moment, nous ne savons pas encore quel est l'impact du virus, mais les conséquences seront significatives". Le pays compte huit infections aux coronavirus. (Belga)