La peste acridienne à laquelle est confrontée l'Afrique de l'Est est directement liée au réchauffement climatique, a affirmé samedi le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, lors d'une conférence de presse à Addis Abeba, où il s'est rendu pour le sommet de l'Union africaine (UA) de dimanche et lundi. "Il existe un lien entre le changement climatique et la crise acridienne invisible qui sévit en Éthiopie et en Afrique de l'Est. Les mers plus chaudes créent plus de cyclones, qui à leur tour créent des zones de reproduction parfaites pour les criquets. La situation ne fait qu'empirer", a-t-il déclaré. La prolifération d'essaims de criquets, qui ravagent les cultures dans les champs, frappe particulièrement la Corne de l'Afrique. Il s'agit de l'infestation acridienne la plus grave depuis 25 ans, ce qui pourrait conduire à la famine dans cette région du monde où l'insécurité alimentaire existe déjà. La peste acridienne a déjà touché l'Éthiopie, la Somalie, le Kenya, l'Érythrée et le Soudan et il y a un risque d'infestations également en Ouganda et au Soudan du Sud. (Belga)