Seules 13.659 tonnes de poissons ont été pêchées par des bateaux belges en 2019, soit 7,5 % de moins qu'en 2018, révèle dimanche le quotidien La Dernière Heure. L'année 2019 succède donc au précédent record de 2018. Cette année-là, avec 14.766 tonnes de poissons et crustacés pêchés en mer par les chalutiers belges, il s'agissait alors de la pire année du secteur. On était bien loin des 69.500 tonnes pêchées en 1955, année la plus prolifique en la matière. Plusieurs critères peuvent expliquer la baisse de productivité du secteur, indique La Dernière Heure. Avec, en première ligne, la surpêche enregistrée ces dernières années. Résultat: une raréfaction de plus en plus préoccupante du poisson de mer. En 2015, une espèce de poisson sur trois était considérée comme menacée et six espèces sur dix étaient exploitées au maximum de leur capacité de renouvellement. En mer du Nord, cela se concrétise par une population de 40.000 individus au kilomètre carré, là où la densité de poissons était encore de 200.000 unités au km² il y a une vingtaine d'années. Parmi les poissons les plus pêchés par les marins belges, c'est la plie qui truste le haut du tableau. Pas moins de 3.629 tonnes de cette espèce de poisson ont été ramenées par nos chalutiers l'an dernier. La plie devance la sole (2.041 tonnes) et la raie (1253 tonnes). Côté crustacés et mollusques, c'est la seiche qui tient le haut du panier (1100 tonnes) devant la crevette (509 t) et les coquillages divers (290 t). (Belga)