L'uniforme des policiers locaux manque d'homogénéité et certains ont même le sentiment qu'ils ne sont plus clairement identifiables, selon un constat dressé par de nombreux agents rapporté samedi par L'Avenir. "Et, par conséquent, il n'est pas toujours évident de se faire respecter", ajoute le quotidien.Le chef de zone à la police de Namur Olivier Libois, dernièrement interrogé en commission Intérieur-Justice à la Chambre sur les violences à l'égard des policiers, a plaidé pour "une ouverture sur un nouvel équipement policier. Pour mieux identifier le policier car ça fait 20 ans qu'on a le même uniforme et qu'on ne nous identifie pas". Au fil des années, certaines unités, voire $ des policiers, ont pris des initiatives "individuelles" afin de répondre à des besoins du terrain. Conséquence sur le terrain, la police semble quelque peu dépareillée, note encore L'Avenir. Les polices locales représentent 26.000 agents sur un total de 38.000. (Belga)