La Chambre a renvoyé jeudi au Conseil d'Etat les amendements à la proposition de loi qui assouplit les conditions de l'avortement. Le vote du texte, inscrit à l'ordre du jour de la séance plénière, est donc reporté jusqu'à la réception de l'avis, rendu en principe dans un délai d'un mois. Le cdH et le CD&V ont déposé des amendements qui visent différents points du texte, notamment le risque de connaissance du sexe de l'enfant au moment de la demande d'une interruption volontaire de grossesse, la dépénalisation complète ou encore le délit d'entrave. Ils ont demandé l'avis du Conseil d'Etat et reçu le soutien de la N-VA et du Vlaams Belang, ce qui leur a permis de recueillir le nombre de voix suffisant. Les partisans de la proposition de loi ont regretté la façon de faire et rappelé que le Conseil d'Etat s'est déjà prononcé sur le texte, dont il a largement validé le dispositif. "Nous sommes davantage dans la flibuste et l'obstruction. L'avis du Conseil d'Etat est limpide. Vous faites entrave à l'adoption de ce texte, c'est votre seul objectif", a dénoncé Eliane Tillieux (PS). L'Open Vld a appelé à la sérénité dans ce dossier. "À un moment donné, le débat parlementaire se terminera par un vote. J'espère que l'on pourra avoir un débat serein", a dit le chef de groupe Egbert Lachaert. (Belga)